mardi 12 juillet 2016

Il faisait chaud, cet été-là, juillet 1940

Aquarelles, 300gr, encre, 210 x 297

Aquarelles, 300gr, encre, 297 x 210

Aquarelles, 300gr, encre, 210 x 297

Aquarelles, 300gr, encre, 210 x 297

Aquarelles, 200gr, encre, 150 x 210

vendredi 3 juin 2016

Lauréats du prix Diagonale de la meilleure série 2016

Entouré des Vieux Fourneaux et d’Airborne 44, c’est Amours fragiles de Philippe Richelle & Jean-Michel Beuriot (Casterman) qui a trouvé grâce aux yeux du jury. Un prix plus qu’amplement mérité, car cette série débutée il y a vingt ans et qui compte déjà sept tomes sur les dix prévus est un parfait exemple de ce que la bande dessinée peut offrir comme espace spécifique de narration.
En effet, dessin et scénario s’épaulent avec beaucoup de sensibilité pour revenir sur une des pages les plus sombres du XXe siècle : la montée du nazisme, la guerre, l’épuration ethnique, la Résistance, le front de l’Est, etc.
Philippe Richelle et Jean-Michel Beuriot jouent sur les dialogues et les non-dits pour créer une ambiance à la fois ultra-réaliste et intimiste. Par le détail de leur vie, les personnages prennent une épaisseur rarement atteinte, ce qui permet de voir autrement les divers aspects du conflit. Rejetant le manichéisme et les préjugés, Amours fragiles est une formidable saga de bande dessinée, aussi vibrante que passionnée. Loin de se cantonner au scolaire, cette leçon d’Histoire dépasse largement le devoir de mémoire pour proposer de crédibles expériences de vie.

 Membres du jury: Jean Dufaux, Jean Van Hamme, Raoul Cauvin, Daniel Couvreur, Hermann, Jean-Claude Servais, Dany, Maryse et Jean-François Charles, Cosey, Bernard Hislaire, dit Yslaire,
Etienne Davodeau.

lundi 2 novembre 2015

Critique Auracan - Amours fragiles Tome 7 - En finir...

Amours fragiles - Tome 7 : En finir..., par Philippe Richelle, Jean-Michel Beuriot (Casterman)Amours fragiles

Tome 7 : En finir...

Scénario : Philippe Richelle
Dessins  : Jean-Michel Beuriot
Couleurs : Dominique Osuch 

Casterman

Martin Mahner a été blessé sur le front de l'Est. Après sa convalescence, et grâce à quelques appuis, il est caserné en Allemagne, loin des combats. Se croyant à l'abri, il ignore qu'un danger encore plus grand le menace : il se trouve au sein d'un groupe d'opposants au Führer qui préparent la fameuse opération Walkyrie... Bien que son petit grade ne lui confère aucune importance dans cette conspiration de hauts gradés, il ne pourra éviter la compromission... Philippe Richelle et Jean-Michel Beuriot poursuivent, à travers le cheminement de Martin, leur vaste et sensible fresque de la Seconde Guerre mondiale vécue du côté allemand et de l'intérieur ! Après le front de l'Est évoqué dans L'Armée indigne, ils s'intéressent aux prémices du célèbre attentat contre Hitler... et à ses conséquences. Martin est approché en tant qu'agent de liaison, mais même ce rôle subalterne l'expose au danger des représailles.
Philippe Richelle signe à nouveau, pour ce nouvel opus, un scénario particulièrement subtil et intelligent, construit à hauteur d'homme, et qui nous fait d'emblée ressentir et partager les incertitudes et les tensions de cette période sombre. La sécurité du retour en Allemagne est, pour Martin, toute relative, comme le confort du domaine des parents de son ami Fredi, alors que le ciel s'assombrit progressivement pour le régime nazi.
Le dessin de Jean-Michel Beuriot, typé et élégant, rejoint la sensibilité du scénario à laquelle il répond idéalement. L'ensemble est soigné, détaillé et documenté, mais conserve une fort belle fluidité graphique autant que de lecture. La série est devenue, au fil des albums, une référence du genre et En finir ne le démentira certainement pas.      
Pierre Burssens